Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Histoire procession’

Comme Pie XII, nous n’aimons pas l’archéologisme, pensée infantile considérant que plus l’on se rapproche des premiers siècles, plus l’on revient à une foi pure et non déformée. Au contraire, nous savons que l’Esprit-Saint œuvre à travers les siècles, et que c’est le fruit de cette action que nous nommons « Tradition ». Nous n’avons aucune nostalgie des fastes du passé. Nous avons pour seule nostalgie la Patrie Céleste. Si nous publions ce texte de Pie XII, c’est pour montrer combien nous pouvons être fier quant à l’élection de Liège, dans le Cœur de Notre Seigneur, comme « Ville du Saint-Sacrement ».

 

PIE XII : radiomessage aux fidèles de Belgique

Pour le VIIe centenaire de l’institution de la Fête-Dieu à liège

(30 juin 1946)

« Tandis que vous célébrez, chers fils et chères filles de Belgique, dans la ferveur de votre robuste foi, dans la joie de votre enthousiaste dévotion, le VIIe centenaire de l’institution par l’évêque de Liège, Robert de Torote, de la fête du Corps sacré du Seigneur, que vous appelez d’un si beau nom : « la Fête-Dieu », Notre esprit se reporte spontanément vers cette vision du ciel que l’apôtre saint Jean, après l’avoir contemplée de son regard d’aigle, racontait aux hommes en un langage qui n’est pas de la terre. De cette vision tout entière, le centre est l’Agneau, l’Agneau immolé, l’Agneau que suivent les vierges et dans le sang duquel les pécheurs, lavant leur robe souillée, se revêtent de splendeur, l’Agneau vers lequel convergent, avec les adorations de millions et de myriades d’anges, celles des foules innombrables de tous les peuples et de toutes les nations.

Le pinceau génial de vos compatriotes, les deux Van Eyck, a magnifié ce triomphe et cette fécondité de l’Agneau mystique, centre de l’Eglise, centre des esprits, des cœurs, des âmes, source permanente de toute vie, de tout bien, de tout salut, de toute vigueur, de toute sainteté, de tout amour.

Et voici que, ces deux dimanches, ce magnifique tableau s’est animé et, aujourd’hui même, en cet instant solennel, c’est dans la plus absolue réalité que l’Agneau de Dieu préside à votre imposante assemblée, en cette Belgique, terre eucharistique par excellence, où fleurit, autour du Verbe fait chair et fait Pain vivant, la plus merveilleuse histoire de l’activité humaine et chrétienne sous toutes les formes, par l’éclat des grandes chaires universitaires où vibre encore la voix des plus éminents docteurs, par l’épanouissement de tous les arts et de toutes les industries, par la sublime élévation de la sainteté, tant mystique qu’apostolique, par le foisonnement de toutes les œuvres sociales et charitables. Faut-il Nous étonner que le Christ de lumière, d’amour et de charité ait choisi votre patrie pour lui confier, par le ministère caché de la vierge augustinienne de Cornillon, ce joyau de la liturgie catholique, la Fête-Dieu, afin que, brillant d’abord chez vous du plus pur éclat, il rayonne de chez vous sur le monde entier en sorte que tous, sans distinction de pays, de classes, de conditions, rassasiés de la même nourriture divine, goûtent ensemble la fortifiante douceur de l’unité et de la paix que signifient les apparences du pain et du vin sous lesquelles se voilent le corps, le sang, l’âme, la divinité du Christ, notre véritable aliment et notre véritable vie.

Tel est l’objet de la prière qui monte ardente, de Notre cœur vers le Cœur de Jésus, présentée par le Cœur immaculé de Marie, Mère et Médiatrice ; qu’elle attire sur vous l’abondance de toutes grâces avec la Bénédiction que Nous allons vous donner dans toute l’effusion de Notre amour paternel à vous, peuple liégeois, à vos chefs spirituels et particulièrement aux nouveaux prêtres et sous-diacres ordonnés en cette mémorable journée. »

Que monte notre ardente prière !

Read Full Post »

Tel est le titre d’un ouvrage rédigé par Jeanne Cappe, et publié à Liège aux Editions Soledi, en 1946. Ce livre, destiné aux enfants, mais qui comblerait bien des « grands », relate l’histoire de sainte Julienne de Cornillon, mais aussi de sa confidente, Eve de Saint-Martin, et bien sûr l’histoire, mouvementée, de l’institution de la Fête-Dieu.

Nous vous proposons le premier chapitre, lequel brosse avec bonheur le portrait d’une procession du Saint-Sacrement en Hors-Château, dans le jardin des Filles de la Croix. Bonne lecture!


(suite…)

Read Full Post »